Mercredi 4 juillet 2018 (REF20180704.OB773)

- À peine nées, les princesses s’empressent déjà à dévorer le couvain. Les proies sont bien souvent (pratiquement toujours) des larves de sexuées. Cette élimination me semble assez logique car ces retardataires ne pourront plus ou difficilement participés à un éventuel essaimage : je suis ravi qu’elles m’aident ainsi à réduire la population des sexuées. Les photos, ci-dessous, nous montrent quatre attroupements qui prouvent, sans aucune équivoque possible, qu’il s’agît bien d’une extermination de larves sous l’œil vigilant des ouvrières-majors qui elles aussi pourraient, éventuellement, participé au festin. Personnellement, je crois qu’elles s’occupent seulement de la découpe !!!

3814_20180704   3815_20180704

3818_20180706   3819_20180706